24 mars 2017

MASTER SYSTEM : Fantasy Zone

C’est amusant de revenir sur des jeux qui nous ont marqués durant notre enfance, de les comparer à ce que notre nostalgie nous en dit. C’est comme ça que je me suis remis à un jeu qui, dans mes souvenirs, était très beau, coloré, fun à jouer mais également très difficile : Fantasy Zone sur la vénérée Master System.



Piou-piou !!!

Dans le monde de Fantasy Zone, les choses ne sont pas au mieux. Des tas de créatures en tout genre attaquent sans relâche les habitants de ce petit monde coloré. Ce sera donc à vous de vous charger de la menace au volant de votre petit vaisseau ailé (… oui, ailé …), le Opa-Opa. Voilà, l’histoire ne « vole » pas beaucoup plus haut car ce n’est pas un élément très important du jeu. Mais avant tout, laissez-moi vous parler de Defender, le premier jeu à scrolling horizontal où l’on pouvait avancer  vers la gauche à la droite dans le décor tout en revenant d’un côté ou de l’autre au début du niveau à un moment. Fantasy Zone reprends ce principe finalement assez peu utilisé dans le monde du jeu vidéo. En gros, on se déplace dans un monde pseudo circulaire très coloré. Car oui, c’est la première chose qui saute aux yeux avec ce Fantazy Zone : les couleurs. Il y en a plein et surtout dans les tons pastels. 


C’est zoliiiii 

Et c’est vrai que c’est super joli. En tout cas, dès la première fois que je l’ai vu j’ai été sous le charme. Rien que le premier niveau vous met dans le ton avec son vert, son bleu, son jaune et son rouge. Et puis, ce niveau vous met en plein dans cet univers mignon qui restera la caractéristique principale de la série. Vous y verrez des tonnes d’ennemis toujours aussi mignons (enfin, en grande partie). Même votre vaisseau est complètement dans le ton avec ses petites ailes et ses trois couleurs. Opa-Opa a principalement deux attaques : un tir droit et un missile. Mais ce n’est pas tout car les ennemis vont lâcher de temps en temps des pièces à ramasser. Ces pièces serviront lorsque le panneau de la boutique apparaît. Dans cette boutique vous pourrez booster changer d’arme principale ou secondaire ou encore acheter une vie supplémentaire. Et croyez-moi, les vies supplémentaires seront bien utiles car le jeu est tout de même assez exigeant. Et, comme de bien entendu, une fois éliminés tous les ennemis du niveau un boss va apparaître pour vous mener la vie dure. Si ces boss ne sont pas extrêmement compliqués, ils ont le mérite de changer un peu la façon de jouer vu qu’à ce moment le niveau se fige et se limite à un écran. Dur dur de se retrouver ainsi entravé dans ses mouvements qui changent un peu le gameplay.


Mais à part çà ?

Hé bien pas grand-chose si ce n’est que j’aime beaucoup Fantasy Zone. Pour l’avoir acheté par hasard étant (très) jeune, je l’avais trouvé à l’époque super beau mais aussi assez difficile. Avec les années, la difficulté est devenue assez relative mais en tout cas jamais trop présente. Les musiques sont agréables et les bruitages juste passables mais le jeu dégage une atmosphère tellement agréable qu’on y plonge directement pour n’en ressortir que pour reprendre son souffle. En revanche, je lui reprocherais quand même que la vitesse de base de Opa-Opa est quand même un peu légère. J’ai toujours trouvé le scrooling un peu lent et cela peut parfois être assez lassant lorsqu’on chasse un ennemi esseulé au ralenti. Du coup je prenais systématiquement un nouveau moteur dès que j’avais assez d’argent. Et puis, la durée de vie me semble encore maintenant un peu légère avec ses 8 niveaux. Ce n’est pas énorme mais tout ce qu’on peut découvrir au fur et à mesure quesion décors, ennemis (genre des bonhommes de neiges volants, …) compense largement.


En conclusion

J’aime Fantasy Zone, vraiment. C’est la nostalgique qui parle pour beaucoup, assurément, mais le joueur que je suis maintenant trouve également beaucoup de qualités à ce jeu. Entre son scrolling, son univers et un gameplay plutôt bien foutu, il n’y a aucune véritable raison de ne pas l’aimer.


Appréciation globale 
7/10